Réalisations notables

France
Le V, le nouveau siège de Veolia à Aubervilliers, offre à ses collaborateurs et ses clients un lieu de travail et d’accueil de qualité. Intégrant les exigences des certifications environnementales européennes (HQE, Breeam), le bâtiment a pour ambition d’être exemplaire dans sa construction et son usage. Veolia Energie France, exploitant du bâtiment, a souhaité être accompagné dans cette démarche.
Canada
L’exploitation du futur Centre Hospitalier de Montréal au Canada est confiée à Veolia. L’enjeu est de s’assurer tout au long de la phase de construction que les installations prévues au cahier des charges de conception permettront d’atteindre les objectifs fixés au contrat d’exploitation, notamment en matière de maitrise du risque sanitaire sur les réseaux d’eau froide et d’eau chaude sanitaire, ainsi que sur les réseaux d’air.
France
La réglementation en matière de surveillance de la qualité de l’air dans les établissements recevant du public impose aux collectivités une évaluation des moyens d’aération et une surveillance des polluants de l’air intérieur. Cette mesure doit être effectuée avant le 1er janvier 2018. Dans ce cadre, la Métropole Nice Côte d’Azur a confié au Pôle Innovation 2EI de Veolia et OFIS l’expérimentation de services innovants de monitoring de la qualité de l’air intérieur des bâtiments.
France
Pour atteindre l’excellence environnementale dans l’exploitation des bâtiments qui lui sont confiés, Sodexo Energie et Maintenance mène une démarche proactive de surveillance de la qualité de l’air intérieur au sein de l’immeuble de bureaux Le Verdi à Suresnes. L’objectif est de répondre aux différentes cibles du référentiel de certification NF HQE™ Bâtiments Tertiaires en exploitation, axe Utilisation Durable, notamment aux cibles de confort et de santé.
Angola
Le projet concerne l’assistance technique de l’EASCN (Empresa de Água e Saneamento de Cuanza Norte) pour la gestion des réseaux d’eau potable de la ville de N’Dalatando. Actuellement, près de 9 000 connections sont desservies : le but est d’atteindre 14 000 connections en 2017. Le réseau actuel comporte 130 km de canalisations et est alimenté par un réservoir de 5 000 m³, lui- même relié à une station de traitement d’eau d’une capacité de près de 8 000 m³/jour.
India
Au terme d’un processus d’appel d’offre concurrentiel, la société de développement d’énergies renouvelables Andhra Pradesh Limited a retenu JITF Urban Infrastructure Limited (JUIL) pour concevoir 3 unités de valorisation énergétique dans les villes de Guntur, Visakhapatnam et Tirupati, situées au sud de l’Inde. JUIL a ensuite confié à Seureca l’élaboration des rapports de projets détaillés concernant ces 3 nouvelles centrales.
Zambia
Ce projet s’inscrit au sein du programme Lusaka water supply, sanitation and drainage project (LWSSDP), financé par le gouvernement américain via Millennium Challenge Corporation, dont la finalité est d’améliorer les conditions de vie des habitants de la capitale de la Zambie. Le projet vise à assister la société des eaux, appelée localement LWSC, dans la réduction des pertes en eau, d’un niveau estimé à 48% vers une valeur cible de 25%. Les efforts sont organisés autour de la définition de plans d’actions et le déploiement d’outils et méthodes, avec un transfert continuel de compétences et de savoir pour les équipes locales.
Royaume-Uni
Walkers Crisps, l’unité de production de chips du groupe Pepsico, a démarré un digesteur anaérobie thermophile début 2016 afin de valoriser les déchets solides (chips, épluchures, amidon) par
cogénération. De nombreux problèmes de démarrage ont été rencontrés, réduisant les capacités de digestion et conduisant à un traitement partiel des déchets solides disponibles, impactant la performance et la fiabilité de la cogénération.
Guinea
Un plan de redressement a été adopté par le gouvernement guinéen en 2012 et est actuellement en cours de réalisation. Il vise à redresser durablement le secteur de l’électricité en Guinée et plus particulièrement la société Électricité de Guinée (EDG), à travers l’exécution d’un programme de 1.3 milliard de dollars portant sur le développement des actifs de production thermiques et hydro-électriques, et de réseaux.