AMÉLIORER LA GESTION DU PLASTIQUE À ACCRA (GHANA)

Depuis 2016, le Ghana s’est inscrit dans une dynamique de croissance qui pourrait, selon les institutions financières internationales (Fonds Monétaire International, Banque Mondiale et Banque Africaine de Développement), en faire l'un des principaux pays d'Afrique, devant l’Ethiopie et la Côte d'Ivoire en termes de croissance économique (plus de 8% de croissance en 2018). Avec plus de 30 millions d'habitants et un PIB estimé à 54,9 milliards d'euros en 2018, le Ghana fait désormais partie des pays à revenu intermédiaire.

 

En matière de développement durable, le Ghana fait des progrès très significatifs. Il est l'un des pays d'Afrique subsaharienne à avoir une politique nationale documentée sur le changement climatique et un plan de mise en œuvre  d’efforts et de Contributions déterminées au niveau National (CDN) conformément à l'Accord de Paris (2016). Outre les actions sur les changements climatiques, le Ghana met en œuvre une politique environnementale plus large (développement de l'énergie durable, lutte contre la pollution, protection des ressources, etc.).

 

 

Le Projet pilote d'Accra

Avec une population de près de 2,9 millions d'habitants, Accra est une capitale en croissance rapide, produisant près de 2 000 tonnes de déchets par jour, dont seulement 60% environ sont collectés. En conséquence, les plastiques non collectés obstruent les systèmes de drainage, sont brûlés illégalement, ou se retrouvent dans les cours d'eau et l'océan.

Dans ce contexte, le “Department for International Development” (DFID) du Royaume-Uni vise, en 2018, à mettre en œuvre un projet pilote pour réduire la pollution plastique d'Accra. Ce projet qui contribue aux objectifs annoncés par le Global Plastics Action Partnership (GPAP), entend remédier aux lacunes du système de collecte et de gestion des déchets et encourager les investissements dans les installations de recyclage et de traitement. Seureca, pôle ingénierie conseil de Veolia, accompagne le DFID dans le développement de partenariats, la facilitation et la mobilisation d'investissements. Seureca fournit également un support technique, des innovations et des recommandations pour l'extension et la duplication de la solution proposée.

 

En octobre 2019, Seureca a participé au lancement du GPAP au Ghana


Le Ghana est le premier État africain à rejoindre le Global Plastic Action Partnership (GPAP). Cela a été officiellement annoncé à Accra le 1er octobre lors de la réunion de lancement par la Présidente du Ghana, Nana Akufo-Addo. Après l'ouverture de la conférence, la Présidente a invité de nombreux acteurs locaux et internationaux à prendre la parole et à communiquer leurs engagements et initiatives dans la lutte contre la pollution plastique.

A cette occasion, Seureca a présenté ses activités, notamment le projet en cours à Accra visant à optimiser la gestion des plastiques sur une zone pilote. Les équipes de Seureca ont également profité de cette opportunité pour partager leurs expériences lors des différents ateliers organisés tout au long de la journée.

En savoir plus sur GPAP https://www.weforum.org/gpap

En fin de projet, Seureca aura accompagné le DFID et le gouvernement Ghanéen dans :

  • La mise en place d'un projet pilote pour une gestion innovante des déchets plastiques à Accra, en tenant compte des meilleures pratiques internationales et en proposant une stratégie pour son exécution et son financement ;

  • La création d’un partenariat étroit entre les principaux acteurs, notamment le gouvernement du Ghana, les autorités municipales, les industries, les entreprises privées et des investisseurs ;

  • L'identification d'une stratégie et d'une feuille de route claires pour accompagner la mise en œuvre des réformes législatives, le développement d'un système de collecte et de gestion efficient et les investissements nécessaires dans les infrastructures de gestion des déchets plastiques ; 

  • La valorisation et la documentation de l'expérience acquise lors de la mise en place de ce projet, pour dupliquer et accompagner la mise en oeuvre de la solution dans d'autres pays et / ou régions.